Jardin de la Mairie du Vauclin
Vernissage de l’exposition
22 Mai
Cette abolition de l’esclavage arrachée par l’esclave même ne saurait, somme toute, étonner. C’est que jamais les hommes ont accepté sans broncher l’exploitation. C’est que jamais les noirs n’ont courbé l’échine devant le maître blanc, ni dans les cales des navires négriers, ni sur les plantations.
Et, rien qu’au début de ce XIXe siècle, que d’avertissement donnés par les enferrés !
– 1822 : révolte du Carbet se traduisant par meurtres et incendies : 20 condamnations à mort.
– 1823 : affaire bis est, rappelant que les affranchis n’étaient point disposés à vivre éternellement en citoyens mineurs, aux droits méconnus, en tout cas considérablement limités.
– Révolte à Saint-Pierre, en février 1831 : 50 esclaves en Cour d’Assises – 23 condamnés à mort exécutés.
– Révolte de Grand anse, au soir de Noël 1833 : 117 accusé en Cour d’Assises – 41 condamnés à mort, 22 au travaux forcés, 25 à la déportation…
Camille DARSIÈRES, des origines de la nation martiniquaise, 1974